Plus de détails
Le service diététique
(9h-12h / 14h-18h) :
03 28 42 85 93

Le service admin
(9h-12h / 13h-18h) :
03 28 42 83 09
Alsaperf, un numéro unique !

Depuis début mai, toutes nos agences sont joignables sur un seul et unique numéro. Contactez-nous au 09 70 80 82 84 !

 

Suivi nutritionnel des patients

Rapport de l’ORS Alsace, quelques chiffres Imprimer
L’ORS ALSACE, Observatoire de Recherche de la Santé d’Alsace est un bureau associatif en Santé Publique. Ses objectifs sont principalement de mener des études et de dispenser des conseils dans les domaines sanitaire et social en Alsace.

L’ORS ALSACE  a réalisé un état des lieux concernant la population alsacienne et les habitudes de vie qui lui sont liées.

Découvrons ces données…

Progression de la vieillesse dans la région

En 2008, l’Alsace est la troisième région de France la moins âgée.
Malgré cela, la population âgée de 75 ans ou plus est celle qui a le plus fortement augmentée avec une augmentation de 36 % depuis 1999 (progression supérieure à toutes les autres régions de l’hexagone).

Les habitants alsaciens de cette tranche d’âge représentent 7.2 % de la population régionale contre 5.6 % en 1999.

La prospective de l’INSEE prévoit que cette population représente près de 12 % de la population régionale en 2031.

L’obésité

L’Alsace se situe en deuxième position (17.8 %) en ce qui concerne la prévalence de l’obésité chez les habitants de 15 ans ou plus. Cette proportion a fortement progressée au cours de la dernière décennie.
A 5-6 ans, la prévalence du surpoids et de l’obésité est en Alsace supérieure à celles d’autres régions.
Les derniers chiffres concernant les enfants obèses ou en surpoids  montrent une tendance à la stabilisation voire à la diminution.
Un recensement de données a été réalisé par la Communauté Urbaine de Strasbourg et le rectorat (2008-2009).

Les chiffres sont les suivants :

  • 7.4 % des enants de 5-6 ans sont obèses (contre 6.7 % des enfants hors ville)
  • Le pourcentage d’enfants concernés par l’obésité est plus élevé en ZEP (zone d’éducation prioritaire) ou en ZUP (zone à urbaniser en priorité) / 9.7 % contre 5.8 % dans les autres quartiers de Strasbourg.
  • L’insuffisance pondéra le reste faible (1.5 % des enfants entre 5 à 6 ans seraient concernés).

Les habitudes alimentaires

Les résultats sont issus de l’enquête HBSC (Health Behaviour in School aged Children) qui est la plus importante s’interessant à la santé globale des élèves  entre 11 et 15 ans menée sur l’échelle mondiale. Elle est sous l’égide du bureau Europe de l’OMS et a lieu tous les 4 ans depuis 1982. En 2006, ces enquêtes étaient menées dans 40 pays.

La fréquence de prise du petit déjeuner se dégrade avec l’âge (66 % chez les élèves de 11 ans contre 46 % chez les adolescents de 15 ans).

Seuls 3 % des élèves déclarent ne jamais prendre de petits déjeuners.

65 % des jeunes Alsaciens déclarent consommer des fruits et légumes au moins une fois par jour. Ce pourcentage diminue chez les garçons.

La consommation quotidienne de fruits et de légumes chez les jeunes de 15 ans, en Alsace, se rapproche de la moyenne observée en France.

44 % des jeunes consomment quotidiennement des produits sucrés ou des boissons sucrées. Ce pourcentage est similaire à la moyenne française.

En ce qui concerne la perception du corps et de l’image de soi, il semblerait que 1/3 des filles et 1/6 des garçons de 11 à 15 ans ayant un poids normal ou insuffisant se trouvent trop gros. Ce sentiment tend à augmenter avec l’âge.

A l’âge de 15 ans, les garçons sont également nombreux à se trouver trop maigres (1/5).

L’activité physique

L’activité physique est ici définie comme étant « n’importe quelle activité qui augmente la vitesse des battements du cœur et fait se sentir essoufflée  par moment. On peut pratiquer une activité physique en faisant du sport, en jouant avec des amis, à l’école ou non ou en allant à l’école en marchant ».

La pratique de l’activité diminue avec l’âge (18 % chez les jeunes de 11 % contre 8 % chez les adolescents de 15 ans).

Au niveau international, les jeunes français figurent aussi parmi ceux ayant une pratique de l’activité physique des plus faibles.

40 % des élèves alsaciens déclarent se rendre à l’école de manière active (marche ou vélo). Ce chiffre est supérieur au pourcentage national qui est de 34 %.

L’enquête ADEUS 2009 (enquête ménages déplacement s 2009 réalisée par l’observatoire départemental des déplacements) montre que la marche à pied et l’usage du vélo progressent dans la plupart des territoires de la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS).

La CUS possède 476 km de pistes et bandes cyclables ce qui constitue l’un des plus grands réseaux cyclables de France.

7.6 % des déplacements qui y ont été réalisés l’ont été par le moyen du vélo. Ce pourcentage est bien plus élevé que dans la plupart des autres villes ou le chiffre est inférieur à 2 %.

Conclusion

La population alsacienne est moins âgée  que la population française. Les chiffres sont malgré tout en pleine expansion.

Le pourcentage de jeunes pratiquant l’activité physique se rapproche du chiffre national.

Concernant les habitudes alimentaires, il serait judicieux de connaitre avec plus de précision le % d’Alsaciens respectant les recommandations du PNNS.

Virginie Berling
Diététicienne coordinatrice Alsaperf